Les Accommodements Raisonnables, 2012
     
Les Accommodements Raisonnables, 2012
Ces fils de fer, qui se sont gravés dans l’arbre jusqu’à en infléchir l’évolution de la matière, ne sont pas ceux d’un artiste cherchant à reproduire le travail de Giuseppe Penone, mais ceux de l’homme au sens générique.
Ces photos-constats de barbelés ont pour la plupart été prises dans des zones boisées, montagneuses, parfois reculées, témoignant qu’il y a encore peu, ces parcelles étaient exploitées, et ce depuis des temps immémoriaux, avant d’être abandonnées pour des raisons de productivité ou d’exode rural.
Posés autrefois pour clôturer les zones de pâtures du bétail, avec le temps ils se sont gravés dans la profondeur de l’écorce, à la surface de laquelle s’est formée une cicatrice boursouflée, réaction de survie de l’arbre pour absorber, déborder ce geste qui le jugule dans sa croissance. Pour intégrer cet élément de constriction, le végétal a fabriqué une excroissance ligneuse formant un bourrelet de suture, leçon de résilience qui stigmatise le contact avec l’homme, bien que celui-ci ait rendu ce territoire à la nature depuis parfois des décennies.

Mes propositions contribuent à l’intégration de l’homme dans l’ordre naturel, en rappelant au passage le caractère culturel de la nature, façonnée par l’homme au cours des siècles. Constituée tout entière comme une forme de vanité, ma pratique interroge les limites de l’homme et par elles le pouvoir qu’il lui est donné d’exercer sur l’espace et le monde qui l’environnent.
Les accommodements raisonnables #1, 2012
8 tirages couleur
Dimensions variables

Les accommodements raisonnables #2, 2012
8 tirages couleur
Dimensions variables

Philémon et Baucis, 2012
Bois, fils barbelés
184x35x12cm

Philémon et Baucis (détail)

Top